Pages

mardi 19 juin 2012

CAP Couture flou, EP2: Fabrication d'un vêtement (partie 1 - 2).

Bon , aujourd'hui, je vous écrit la suite de ma grande aventure autour de la quête de mon CAP couture flou. Comme, c'est un peu long à écrire, je préfère le faire en plusieurs parties ! ^^;;;;
Nous nous étions arrêtées, au moment de la découpe du tissu.

Je tiens à préciser que ma mère n'est cependant pas une pro de la couture, elle a fait quelques costumes lorsque nous étions petits, a pris vaguement deux ou trois cours de couture et renvoyait souvent sa machine chez le réparateur car elle oubliait de descendre son pied de biche, ce qui faisait bourrer le fil ! o_o !!!
Mais bon, elle a des bons côtés aussi, même si elle n'ait pas certaine à 100% de la technique, elle essaie d'apprendre et persévère dans la couture. Et puis, c'est une très grande fan de ce que j'appelle le "clac, clac, clac" !!! ><;;;; C'est plus fort qu'elle, dès qu'elle a un tissu, un patron, un ciseaux, il faut qu'elle coupe tout ça !!! ^^ Du coup, j'ai fait ma "clac, clac, clac" à l'examen !!! =D J'ai essayé de faire de mon mieux, mais ce n'était pas facile. Chaque tissu a un peu son caractère, il faut arriver à le comprendre et pas vraiment aller contre sa nature. Lui avait tendance à s'étirer sur la largeur, mais pas dans le droit fil ! Un peu un traitre ce sale tissu !
J'ai donc été la première à terminer la coupe, après j'ai passé mon temps à aménager mon poste de travail afin d'avoir tout le matériel nécessaire sous la main, et puis j'ai changé toutes mes aiguilles pour en mettre une n°80, à la machine à coudre et la surjeuteuse ! Et là, j'ai transpiré comme une folle !!! TT J'arrivais plus à enfiler ma surjeuteuse ! m_m Oui, oui, je sais ! La fille apporte sa surjeuteuse pour être tranquille et être certaine de savoir s'en servir. Elle se paie cinq étage, chargée comme un âne pour ne pas arriver à l'enfiler. N'essayez pas de comprendre ma logique ! J'ai failli jeter tout ça par la fenêtre, comme ça la surjeuteuse elle aurait compris ma douleur au moins !!! Enfin, ils avaient tout prévu dans la salle d'examen, les fenêtres étaient fermées à clef. A croire qu'ils avaient deviné jusqu'à nos réactions !!! Effrayant ! >
J'ai respiré un bon coup et j'ai fini par réussir à tout mettre en route.
Mais là les choses ont vraiment commencé à se corser ! J'ai débuté en suivant les indications du dossier technique. Nous devions faire un ourlet au niveau de l'ouverture portefeuille dans le dos. Le tissu était très dur à travailler. Pour faire tenir l'ourlet, une vrai galère ! Même à grands coups d'épingles, ou en repassant, rien à faire il ne tenait pas et revenait à l'initial ! Après avoir réussi à avoir un semblant d'ourlet finalement, j'ai voulu débuter le piquage ! 3 secondes d'enfer ! La machine m'a fait cinq points mais j'ai vite compris le problème:
- il y avait un entrainement irrégulier du tissu du dessous et du tissu du dessus.
- aucune épingle ne tenait vraiment et toutes partaient gentiment au fur et à mesure.
- le début avait tendance à bourrer.
Cela m'a fait comme une douche froide, et après j'ai été bien réveillée ! J'ai donc pris tout cela au sérieux, et j'ai agi en conséquence.
Pour l'entrainement irrégulier, j'ai mis un pied spécial qui provoque un double entrainement. Comme c'était un tissu fin, j'aurais du remplacer la plaque zig-zag pour une plaque spécial point droit avec seulement un trou, mais je ne l'avais pas, cela ne m'a cependant pas posé de problème par la suite. Pour le problème du bourrage, aucun point d'arrêt en début et en fin de couture, on fait seulement des noeuds à la main pour être tranquille. Et enfin, tout le vêtement sera piqué après avoir réalisé un bâti ! J'ai voulu une fois laisser tomber le bâti, je n'ai pas recommencé, croyez moi. Dès que j'ai eu fait toutes ces techniques, c'était parti, je n'ai pas eu de gros souci majeur. Le début fut légèrement plus difficile car j'étais un peu stressée. Les autres filles s'affairaient autour de moi et j'entendais leur machine marcher plus que la mienne, j'avais donc l'impression d'être totalement en retard. J'essayais de jeter un coup d'oeil rapide, mais comme je leur faisais dos et que j'étais coincée dans une sorte de U, ce n'était pas vraiment évident à savoir. J'essayais donc d'avoir une certaine cadence, mais mes mains tremblaient pas mal, j'avais tellement peur de ne pas réussir à tout faire à temps, à cause du bâti notamment !
Dans le cahier des charges, nous avions une partie de couture à la main. Nous devions réaliser le biais des emmanchures et de l'encolure avec un point invisible, j'ai donc essayé d'être rapide pour la fin de la matinée. Quand est arrivée l'heure du déjeuner, j'étais contente, vraiment contente. Car j'avais vraiment faim en fait ! ^^ Mais, l'après midi s'annonçait difficile, vraiment difficile...
(à suivre...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire